Maroc: le Premier ministre devant le Parlement tente de rassurer face à la cherté de la vie

4

Au Maroc, le chef du gouvernement était, ce lundi 18 avril, devant le Parlement, lors d’une séance plénière. Aziz Akhannouch qui s’exprimait pour la première fois sur la hausse des prix des denrées alimentaires et des carburants, a tenté de rassurer en mettant en avant la stratégie de son gouvernement sur ces questions. Il a, en retour, essuyé des critiques de l’opposition qui réclame le plafonnement des marges des sociétés pétrolières.

Devant les députés, le chef du gouvernement marocain insiste sur le difficile contexte actuel, au niveau international et national, marqué par le conflit russo-ukrainien, la crise sanitaire mondiale et les faibles précipitations enregistrées dans le royaume.

Selon Aziz Akhannouch, le taux de croissance prévu pour cette année est revu à la baisse: entre 1,5 % et 1,7% au lieu des 3,2% prévus dans la loi des Finances.

Le chef de l’exécutif affirme que le gouvernement reste toutefois attaché à ses engagements, en particulier sur le volet social. Il met notamment en avant l’aide financière de près de 200 millions d’euros attribuée aux professionnels du transport, dans un contexte de flambée des prix du carburant et des denrées alimentaires.

Cependant, dans les rangs de l’opposition, certaines voix (notamment au sein du parti du progrès et du socialisme) critiquent les marges exorbitantes des sociétés pétrolières et appellent le gouvernement à les plafonner et à éviter les conflits d’intérêts.

Cette critique est également adressée au chef de l’exécutif. Aziz Akhannouch est un homme d’affaires qui a bâti sa fortune sur la distribution des hydrocarbures.

RFI

 

Suivez-nous
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Remarque après le formulaire de commentaire

Résoudre : *
22 ⁄ 11 =


العربيةEnglishFrançaisDeutschPortuguêsРусскийEspañolKiswahili