Site icon MEDIA DIVERSITY

Maroc : Des étudiantes dénoncent le chantage sexuel des professeurs

Maroc : Des étudiantes dénoncent le chantage sexuel des professeurs

Des étudiantes marocaines ont brisé le silence sur des professeurs qui exigeaient des faveurs sexuelles en échange de bonnes notes, un scandale qui a ébranlé le système d’enseignement supérieur.

Les témoignages ont inondé les médias sociaux dans le style du mouvement #MeToo, encouragé par les militants dans la nation nord-africaine conservatrice où les victimes de violences sexuelles se taisent souvent.

« J’ai été expulsée de l’université il y a un an sous le prétexte que j’avais triché à un examen« , a déclaré Nadia, une étudiante de 24 ans, qui a refusé de donner son nom complet.

« La vérité est que j’avais juste refusé de me soumettre au chantage sexuel d’un de mes professeurs« .

L’université Hassan I à Settat, près de Casablanca, où elle a finalement été réadmise, est désormais empêtrée dans un scandale impliquant cinq professeurs.

L’un d’entre eux a été condamné à deux ans de prison ce mois-ci pour avoir exigé des faveurs sexuelles en échange de bonnes notes, ce qui constitue le premier verdict de ce type, tandis que quatre autres doivent être jugés lundi.

« Mon cas n’était pas un cas isolé« , a déclaré Nadia. « D’autres filles ont souffert de choses similaires mais personne n’a voulu nous écouter« .

Ces dernières années, plusieurs cas similaires ont été signalés par les médias locaux, mais n’ont pas suscité d’action officielle. Mais une campagne sur les médias sociaux a alors fait basculer la conversation, faisant prendre conscience de l’ampleur du problème.

Une « vague de témoignages »

Le tournant s’est produit lorsque des captures d’écran ont été publiées en ligne, prétendant qu’il s’agissait de messages dans lesquels des professeurs demandaient des faveurs sexuelles à des étudiantes.

Une association qui a contribué à mettre en lumière certains scandales est « 7achak », une expression en dialecte local utilisée pour s’excuser avant d’aborder un sujet tabou. Le mouvement a lancé une page Instagram appelant les femmes victimes de harcèlement à partager leurs histoires.

« Dès que l’appel a été lancé, nous avons reçu une vague de témoignages« , a déclaré Sarah Benmoussa, fondatrice de l’association. « Ceux accompagnés de preuves ont été publiés« .

Tolérance zéro

À Tanger, un professeur d’une école de traduction a été reconnu coupable et condamné à de la prison début janvier pour harcèlement sexuel, a indiqué l’avocate Aicha Guellaa. Selon elle, « près de 70 plaintes » ont également été déposées à l’université Abdelmalek Essaadi de Tétouan, mais n’ont jusqu’à présent pas suscité de réaction de la part de l’administration universitaire.

Les rapports sur le harcèlement sexuel dans le milieu universitaire ont suscité un tollé parmi les militants, sur Internet et dans les médias locaux à travers le Maroc. Ils ont incité le ministre de l’enseignement supérieur, Abdelatif Miraoui, à promettre une « tolérance zéro » pour le harcèlement sexuel.

Face à l’augmentation du nombre de témoignages, plusieurs universités ont mis en place des numéros d’appel gratuits et constitué des équipes chargées de suivre les cas de violence sexuelle.

En 2018, après des années de débats acharnés, une loi est entrée en vigueur, imposant pour la première fois des peines de prison pour « harcèlement, agression, exploitation ou abus sexuels« .

Africanews

 

Suivez-nous
Quitter la version mobile