CÔTE D’IVOIRE/CELEBRATION DE LA SEMAINE MONDIALE DE L’ALLAITEMENT 1er au 07 Aout 2022

2

La Côte d’Ivoire, à l’instar du monde entier, célèbre du 1er au 7 Août, la Semaine Mondiale de l’Allaitement maternel. Cette 30ème édition qui s’étendra jusqu’au 31 décembre, s’inscrit dans les initiatives de santé publique, pour protéger, promouvoir et soutenir l’Allaitement.

le lait maternel constitue le meilleur aliment capable d’assurer une bonne santé, une bonne croissance et un développement harmonieux à nos enfants. Malheureusement, ce lait bien que gratuit et aux bénéfices énormes, est trop souvent délaissé au profit de certaines pratiques alimentaires pas toujours appropriées et aux conséquences néfastes chez les nourrissons.

Il est à noter que le taux de mortalité chez les enfants non allaités est 6 fois plus important que chez ceux qui sont allaités. L’OMS estime à environ 1,5 million le nombre d’enfants qui décèdent suite à la diarrhée parce qu’ils ne sont pas allaités.

L’allaitement exclusif de 0 à 6 mois peut diminuer la mortalité infantile de 13% selon Le Lancet (2006). Pourtant, de nombreux enfants vivant dans les pays en développement surtout en Afrique ne bénéficient pas de cette chance.

Bien que presque tous soient allaités, un tiers seulement sont mis au sein dans l’heure qui suit l’accouchement, et moins d’un enfant sur quatre ne reçoit exclusivement que le lait maternel pendant ses six premiers mois de vie sans ajouter de l’eau.

Avec un régime alimentaire pauvre en micronutriments après l’âge de six mois, l’allaitement maternel non exclusif compromet le statut nutritionnel de nombreux enfants.

Plus de 70% des nourrissons consomment de l’eau dès les premiers jours de leur vie. La mise au sein dans l’heure qui a suivi la naissance a diminué de 50% en 1994 à 36% en 2016. Un enfant sur 3 n’a pas été mis au sein durant les premières 24 heures suivant la naissance.

L’enquête MICS 2016 a révélé un taux d’allaitement maternel exclusif à 23.6%, chiffre en hausse par rapport à 2012, estimée à 12%. Ce taux pourrait être en hausse au vu des nombreux actions menées par les services de santé lors des consultations prénatales, dans les structures sanitaires ‘’amies des bébés’’, ainsi que la mobilisation des familles et des communautés à travers les activités pour un changement social et de comportement.

Pour protéger et soutenir la pratique de l’allaitement maternel, plusieurs initiatives ont été entreprises. Il s’agit entre-autres de :

la signature en 2013 du décret portant règlementation de la commercialisation des substituts au lait maternel inspiré du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, énoncé en 1981 par l’OMS qui réglemente la commercialisation des laits pour nourrissons, biberons, tétines et aliments pour nourrissons;

La signature en 2021 des textes interministériels d’application dudit décret ;la mise en place de 300 structures «Amis des bébés» d’ici juin 2023 pour promouvoir l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant ;

La mise en place de 1863 Foyers de Renforcement des Activités Nutrition Communautaires (FRANC)

L’objectif visé est d’atteindre au moins 72% de taux d’allaitement exclusif d’ici 2025. C’est dans cette dynamique que l’Alliance Mondiale pour l’Allaitement Maternel, avec le soutien des partenaires, a proclamé la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel (SMAM) dont le thème retenu pour cette 30ième édition est : «S’engager pour L’ALLAITEMENT: Eduquer, Promouvoir, Soutenir ». La pratique de l’allaitement permet de prévenir la faim et la malnutrition sous toutes ses formes et d’assurer la sécurité alimentaire des bébés. La réussite de cet allaitement exclusif est un objectif dont l’atteinte nécessite une synergie d’actions de chacun et chacune d’entre nous, de la famille, de la collectivité, du système de santé et de la communauté toute entière.

A cet effet, plusieurs activités sont menées par les Comités Régionaux pour la Nutrition, l’Alimentation et le Développement de la petite Enfance (CORNAPE) présidés par les Préfets et impliquant les Ministères en charge de la femme, la protection sociale ainsi que les Organisations non Gouvernementales et les Organisations à Base Communautaire.

AMED BAMBA

Suivez-nous
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Remarque après le formulaire de commentaire

Résoudre : *
3 × 8 =


العربيةEnglishFrançaisDeutschPortuguêsРусскийEspañolKiswahili