Afghanistan : les talibans signent un accord avec la Russie pour la livraison de pétrole et de blé

1

Placé en « alerte maximale » par l’ONU sur le risque de famine, l’Afghanistan, coupé des financements internationaux, n’a d’autres choix que de se tourner vers un autre Etat devenu paria. L’accord prévoit que Kaboul reçoive notamment de Russie un million de tonnes d’essence, un million de tonnes de diesel, et 500.000 tonnes de gaz de pétrole liquéfié (GPL). Pour Moscou, il ne reste plus qu’à définir « les volumes et les listes de produits » achetés.

Alors que l’Afghanistan est en proie à la famine, liée à l’explosion de la pauvreté depuis l’arrivée des talibans au pouvoir en août 2021 et à la guerre en Ukraine, la Russie a fait une offre au régime islamique. Banni du commerce international suite au déclenchement de la guerre en Ukraine et contraint de tisser de nouvelles alliances, le Kremlin a signé avec le régime de Kaboul un accord prévoyant la fourniture par Moscou de millions de tonnes de produits pétroliers et de blé. C’est le premier grand contrat économique passé par les talibans depuis leur retour au pouvoir.

Le pays qui a vu la fuite des Occidentaux et le retrait de l’armée américaine a été mis en « alerte maximale » par l’ONU sur le risque de famine, avec l’Éthiopie, le Nigeria, le Soudan du Sud, la Somalie et le Yémen. Plus de la moitié des 38 millions d’Afghans sont confrontés à la faim.

Dans une économie non productrice, délaissée par les capitaux étrangers, les talibans n’ont d’autres choix que de se tourner vers un autre Etat paria. « Le contrat a été conclu le mois dernier, quand le ministre de l’Industrie et du Commerce a visité la Russie », a déclaré mercredi à l’AFP le porte-parole de ce ministère afghan, Abdul Salam Jawad.

Il n’a donné aucune précision sur les conditions financières du contrat.

Les banques ne sont plus approvisionnées

L’accord prévoit que Kaboul reçoive un million de tonnes d’essence, un million de tonnes de diesel, 500.000 tonnes de gaz de pétrole liquéfié (GPL) et deux millions de tonnes de blé.

Pour rappel, Vladimir Poutine a dit mardi s’attendre à une récolte « record » de 150 millions de tonnes de céréales en Russie en 2022.

Le ministère afghan de l’Economie a indiqué dans un communiqué que cet approvisionnement devrait arriver « dans les prochaines semaines ».

Le représentant spécial du président russe pour l’Afghanistan, Zamir Kaboulov, cité par l’agence russe TASS, a confirmé mercredi que « des accords préliminaires avaient été signés ». Les deux parties (russe et afghane) doivent désormais se mettre d’accord « sur les volumes et les listes de produits », a expliqué M. Kaboulov.

Le système bancaire s’est quasiment effondré après le gel par les Etats-Unis de 7 milliards de dollars d’avoirs de la Banque centrale d’Afghanistan, dans la foulée de la prise du pouvoir par les islamistes.

La situation a encore empiré avec l’arrêt du versement des milliards de dollars d’aide étrangère qui avaient porté à bout de bras le budget de l’Etat pendant les 20 ans d’occupation américaine.

Deux années de sécheresse ont aussi eu de lourdes répercussions sur la production agricole afghane.

Les talibans se sont dits prêts à conclure des accords économiques avec quiconque le souhaite. Ils ont jusqu’ici reçu du pétrole et du gaz de l’Iran voisin.

Le régime taliban n’a été reconnu par aucun pays, mais Moscou avait maintenu des relations avec ce mouvement avant même qu’il ne revienne au pouvoir.

La Russie est l’un des rares pays à avoir maintenu une représentation diplomatique à Kaboul après le retour au pouvoir des taliban en août 2021.

AFP/Latribune.fr

Suivez-nous

Les commentaires sont fermés.

العربيةEnglishFrançaisDeutschPortuguêsРусскийEspañolKiswahili